Titelbild

Histoire du son au cinéma : le son des films muets

Histoire du son cinéma : comment était le son dans les cinémas autrefois ? Alors que nous pouvons aujourd’hui profiter d’un son surround époustouflant dans les salles de cinéma grâce au format Dolby Atmos, les premières salles utilisaient des techniques très différentes. Si l’on remonte dans l’histoire du cinéma, on constate que les premiers films étaient muets. Mais ils n’étaient pas vraiment muets. Alors comment était le son du cinéma muet ?

Films muets : la naissance du cinéma

Les premiers films ont été réalisés à la fin du 19e siècle. Ils constituent alors les débuts d’un média de divertissement encore très apprécié aujourd’hui. Mais on ne peut en aucun cas s’imaginer les tout premiers films comme de longs métrages tels que nous avons l’habitude d’en voir aujourd’hui. En 1891, Thomas Edison a inventé le kinétoscope. Cet appareil ne permettait de visionner que de petits films.

En France, ce sont les frères Lumière qui ont franchi une nouvelle étape dans l’histoire du cinéma en développant le cinématographe, qui permettait d’enregistrer, de lire et de copier des films, mais sans le son. Il ne s’agissait pas non plus de longs métrages, mais de scènes quotidiennes de la vie des gens. Ces premiers films muets ont été présentés pour la première fois au public en 1895 au Grand Café à Paris.

Le son dans les films muets

Au début du 20e siècle, le cinéma est devenu de plus en plus un média à part entière. Le silence n’a cependant jamais régné dans les premiers cinémas. Un film muet est un film dans lequel la piste sonore n’est pas reliée à la piste image – le son doit donc être produit de manière indépendante.

Dans le cinéma muet, la musique, tout comme les dialogues, pouvaient être produits de différentes manières. Pour cela, on se servait des modes de production traditionnels des théâtres et des opéras. Les films muets étaient ainsi accompagnés de différentes formes de musique live. Les dialogues ne pouvaient pas non plus être enregistrée dans les films muets. Pour les actions complexes, on ne pouvait cependant pas toujours se passer d’explications supplémentaires. Pour cela, on utilisait des intertitres – des éléments de texte qui s’affichaient à certains endroits. Il existait également la variante selon laquelle un narrateur commentait les événements à l’écran pendant la projection. Au Japon, les dialogues étaient même répétés. Ces narrateurs de films étaient appelés benshi.

Stummfilm-Schauspieler Buster Keaton
Les acteurs et actrices des films muets transmettent le sens de l’action et les émotions grâce aux expressions marquées de leur visage.

Quelle était l’expérience audio d’un film muet ?

Les films n’ont donc jamais été vraiment muets. Mais comment faut-il se représenter exactement le son de ces premières séances de cinéma ? L’accompagnement musical pouvait varier d’une représentation à l’autre, allant d’un accompagnement au piano à un orchestre.

Comme aujourd’hui, la musique de film servait à accompagner ce qui se passait à l’écran et à renforcer les émotions qui étaient jouées. De plus, le public était habitué à ce qu’il y ait également une musique dite d’acteur lors d’une représentation théâtrale par exemple. Une projection entièrement muette d’un film aurait été irritante pour les gens. De plus, les premiers projecteurs de films étaient très bruyants et la musique permettait de couvrir ces bruits.

Pour accompagner les films en musique, il existait des catalogues de musique, appelés cinémathèques (cue sheets), une collection de musique classique classée selon l’ambiance qu’elle procure et son effet dramatique sur le public. Mais il arrivait aussi qu’une musique de film soit composée spécialement pour accompagner un film en particulier.

La musique dans les films muets – pianistes, orgue et orchestre

Au début, les projections de films muets étaient accompagnées par la musique de pianistes ou de musiciens solistes. Mais les orgues de cinéma étaient également utilisés. L’orgue de cinéma devait imiter les couleurs sonores d’un grand orchestre et possédait, en plus des tuyaux d’orgue, des percussions, c’est-à-dire un xylophone, un carillon, des timbales et des tambours ainsi que des registres d’effets spéciaux. Parmi ces sons, on trouvait des sonneries de téléphone, des grondements de tonnerre et des bruits de sabots. Un orgue aussi bien équipé devait produire un son assez impressionnant dans la salle de cinéma.

Les orchestres de cinéma assuraient également la musique des films muets. Pour pouvoir loger un orchestre entier dans une salle de cinéma, ceux-ci devaient avoir une taille appropriée. C’est pourquoi l’accompagnement orchestral des films était d’abord réservé aux grandes salles de cinéma des métropoles. Après la Première Guerre mondiale, le nombre d’orchestres de cinéma a augmenté. Á partir de cette époque, on compose également de plus en plus de musiques de film supplémentaires.

Cela ne signifie pas pour autant que les films avaient le même son dans chaque lieu et dans chaque cinéma. L’accompagnement musical pouvait varier en fonction du lieu de projection. Le film Le Cuirassé Potemkine de Sergueï Eisenstein en est un bon exemple. Alors qu’en 1925, il était encore accompagné à Moscou par différents morceaux classiques, Edmund Meisel l’a composé en 1926 de sa propre musique pour la projection allemande. En modifiant la musique du film selon le lieu de projection, il était facile d’adapter un film au goût du public du pays concerné. Pour le classique du cinéma muet allemand Metropolis de 1927, il existait plusieurs versions orchestrales, mais aussi différentes partitions de piano.

Le fait que les films disposent d’une bande son constante n’a été possible qu’avec le passage au cinéma parlant.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

Voici ce qu’aurait pu être le son d’un film muet : The Finishing Touch de Laurel & Hardy, 1928.

Barres de son Teufel pour le film du soir

CINEBAR LUX

Découvrir

Cinebar Trios Surround „5.1-Set L“

Découvrir

Du film muet au film parlant

Le cinéma muet a connu son apogée dans les années 1920. Les studios de Babelsberg jouissaient d’une renommée internationale, mais furent rapidement dépassés par Hollywood. A cette époque, le cinéma parlant était déjà dans les starting-blocks. Le film The Jazz Singer d’Alan Crosland, dont certains passages ont été sonorisés à l’aide d’un procédé de sonorisation à l’aiguille, a marqué une percée en 1927. Un disque long était lu parallèlement au film. Un procédé qui ne s’est pas imposé par la suite.

Mais l’histoire du cinéma muet ne s’arrête pas là. Même si le cinéma parlant s’est imposé à grande échelle, il y avait toujours des acteurs et des réalisateurs qui appréciaient le cinéma muet en tant qu’outil artistique. L’un d’entre eux était Charlie Chaplin, qui utilisait délibérément le format du film muet pour ses représentations de pantomime.

Aujourd’hui encore, les films muets n’ont pas totalement disparu. Les amateurs et amatrices de ces films peuvent par exemple découvrir des films muets au Babylon Berlin. Un autre format, qui n’est certes pas un film muet à proprement parler, mais qui reprend la tradition de l’orchestre de cinéma, sont les manifestations Film in Concert. Dans ce cas, la musique du film est jouée en direct par un orchestre.

La musique des films en surround sur votre home cinéma

Theater 500 Surround „5.1-Set“ von Teufel
La Theater 500 Surround „Kit 5.1“ procure le son adéquat à votre home cinéma.

▶ Avec la Theater 500 Surround “5.1-Set”, vous réussissez à obtenir un son cinéma époustouflant, même à la maison. Le caisson de basses avec son haut-parleur de graves de 300 mm vous fournit des basses supplémentaire, tandis que l’enceinte centrale assure la clarté de la voix grâce à son double haut-parleur de graves-médiums. Ainsi, plus rien ne s’oppose à une excellente soirée cinéma.

L’Ultima 20 Surround “5.1-Set” vous fournit également un son cinéma hors du commun. Les enceintes d’étagère compactes conviennent également aux pièces de plus petites dimensions. Le tweeter de 25 mm assure un son détaillé et limpide. L’ensemble peut être étendu en 7.1 et Dolby Atmos. Votre home cinéma est ainsi parfaitement équipé.

Encore plus d’ensembles complets Teufel

ULTIMA 40 Surround + Denon X2800H DAB ‘Kit 5.1’

White
Découvrir

Teufel Logo

Consono 35 AVR “5.1-Set”

Découvrir

Consono 35 Impaq “ensemble 5.1”

Découvrir

Conclusion : comment tout à commencé

  • Contrairement à ce que son nom laisse supposer, le cinéma muet n’a jamais été vraiment muet.
  • L’accompagnement musical dans la salle de cinéma était assuré par des musiciens solistes, des orgues et des orchestres de cinéma.
  • Au début, on utilisait des œuvres classiques existantes pour l’accompagnement musical des films. Plus tard, des œuvres composées spécialement pour l’occasion se sont imposées.

Photo de couverture : geralt, source. Licence : Pixabay License.

Image 1: Perlinator, source: Pixabay.com. Licence: Pixabay License.

Articles connexes

Information : La fonction de commentaire est disponible tous les jours de 8h à 21h.