L’écoute – qualité de vie en pandémie

« Pouvez-vous m’entendre ? », « Votre micro est éteint », « Et maintenant ? » « Oui c’est bon, mais allumez votre caméra s’il vous plaît », etc. Nous connaissons tous et toutes ce genre de phrases lors de conférences, surtout depuis la pandémie du coronavirus et la nouvelle normalité qu’elle nous impose. Notre invité, Dr. Stefan Zimmer, président du conseil d’administration des industries des systèmes audio (BVHI), dédie cet article à l’importance d’une bonne qualité d’écoute.

Auteur invité, Dr. Stefan Zimmer, président du conseil d’administration des industries des systèmes audio (BVHI)

Pouvez-vous m’entendre ?

La pandémie du coronavirus a modifié considérablement la communication et l’écoute : confinement, télétravail et distance sociale signifient une réduction considérable des contacts sociaux. La grande majorité de la communication non verbale reste malheureusement un mystère, beaucoup repose alors sur l’écoute et sa qualité. On comprend donc la centralité d’une écoute de qualité, et ce pas seulement en ces temps difficiles. La journée mondiale de l’audition du 3 mars tient donc à attirer l’attention là-dessus.

Pour Sascha Mallah aussi, directeur général de Teufel, l’écoute de qualité est d’une grande importance :

« En ces temps de pandémie, où les contacts avec la famille et les amis sont limités et ont souvent lieu par téléphone ou vidéoconférence, l’écoute est devenue centrale. De même que le son des films en générale, la qualité d’écoute est souvent sous-estimée. Pourtant, le bon son déclenche des émotions positives chez nous, procure une sensation de bien-être et peut nous aider à nous relever lorsque nous sommes à terre. Chacun et chacune d’entre nous à son propre beats ou sa propre musique qu’il ou elle suit et qui l’aide à avancer. Ce n’est donc pas que en tant que producteurs et productrices que nous soutenons l’initiative de la journée internationale de l’écoute de tout cœur. »

Notre communication a changé et la téléphonie et la vidéo ont pris une place majeure dans les échanges entre les personnes, qu’il s’agisse du travail, de l’espace privé ou citoyen. Sans la communication non verbale, les émotions véhiculées par la gestuelle ou les mimiques doivent s’en remettre à l’ouïe. Cela fait reposer beaucoup de poids sur les épaules de nos oreilles qui s’en trouvent beaucoup plus sollicitées. Tout dépend d’une bonne connexion et d’un bon matériel : casque audio, microphone, haut-parleur. Il faut bien avouer qu’un son de mauvaise qualité lors d’une conférence est bien plus frustrant qu’une vidéo floue ou même éteinte. Cela peut même être disqualifiant, si vous manquer des informations importantes. Les technologies audio haut de gamme sont en mesure de résoudre ces problèmes.

Une pause musicale

En ces temps de pandémie l’importance d’une écoute de qualité est fondamentale, notamment pour un environnement de travail de qualité ou la perspective de profiter pleinement d’évènements culturel en tout genre : cinéma, théâtre, livre audio, streaming, etc.

Streamer au lieu de sortir

En plus de la qualité intrinsèque du matériel utilisé, une bonne écoute dépend également de la bonne santé de vos oreilles. N’attendez donc pas que votre cerveau se soit habitué à la détérioration de votre ouïe et la compense. Cela peut vous conduire à une perte significative de votre capacité auditive. Plus tôt vous agirez contre cela en consultant un ORL et mieux cela sera. 60 % des porteurs et porteuses d’appareils auditifs regrettent d’avoir attendu trop longtemps avant de consulter un.e profesionnel.le et d’en payer le prix aujourd’hui.

L’écoute – le fondement de toute bonne communication

De nombreux exemples montrent clairement que l’ouïe est le sens le plus social de l‘être humain. Une citation souvent attribuée à Immanuel Kant ou Helen Keller dit :

« Ne pas voir sépare des chose – ne pas entendre sépare des Hommes. » 

Personne n’est obligé d’aimer ou approuver cette citation, à titre personnel je la trouve très encourageante et orientée vers le déficit possible. En revanche, si on la retourne positivement, on comprend que l’ouïe lie les êtres humains entre eux, qu’il s’agisse de musiques ou de conversations.

Une bonne qualité auditive est sans aucun doute centrale pour une bonne participation à la société. Si une altération de l’ouïe n’est pas identifiée et traitée assez tôt, cela peut avoir des conséquences négatives : les conversations deviennent plus difficiles et les contacts humains ont tendance à être réduits. Cela peut même conduire à l’isolement social. Le cerveau doit par ailleurs renoncer à d’importants signaux auditifs et tente de compenser le manque. La prestation cognitive s’en trouve alors diminuée et les risques de démence future augmentent.

Système audio moderne – polyvalence numérique

Mais rien ne vous oblige à en arriver là. Les systèmes audio modernes sont conçus de telle façon qu’ils vous accompagnent intelligemment dans votre quotidien.  Cela fait bien longtemps qu’il est possible de les connecter via Bluetooth à votre PC, téléphone ou tablette. Les appareils audio sont devenus des systèmes multifonctions qui vous permettent de participer au meetings et conférences virtuels sans difficultés.  Grâce à la connexion numérique, vous avez en plus accès à de nombreuses fonctions comme la traduction instantanée ou la mesure de données liées au prognostiques vital, etc.  Enfin, le design a également fait de nombreux progrès en vous donnant le choix entre des appareils de petite, moyenne et grande taille.

A propos : journée mondiale de l’audition

Ensemble avec l’organisation mondiale de la Santé (OMS) et de nombreux partenaires, le conseil d’administration des industries des systèmes audio (BVHI) organise chaque année le 3 mars une journée mondiale de l’audition.  Le ministre de la santé Jens Spahn en personne parraine cette année l’action. Au cours de la campagne « Santé auditive pour tous et toutes ! », il s’agit de plus que d’une écoute de qualité, l’ouïe a souvent été sous-estimée alors qu’elle est au centre d’une vie de qualité.

Qui liasse régulièrement examiner sa capacité d’ouïe par un.e professionnel.le et se laisse traiter assez tôt en cas d’altération réduit les chances de pertes significatives. Il s’agit par là également d’éviter la désocialisation, la fatigue cognitive inutile et les risques de démence future. Dans la mesure où une altération de la qualité de l’ouïe se manifeste souvent lentement à partir du milieu de la vie et demeure souvent imperceptible, la BVHI et les ORL d’Allemagne appellent à consulter régulièrement de façon préventive à partir de 50 ans.

Vous trouvez plus d’informations ici.

Ecoute intensive, mais seine.

Articles connexes