« We hit ’em up »: Hip-Hop des années 1990 entre West & East Coast

Dans les années 1990, le hip-hop a réussi à dépasser son statut de culture underground et à entrer dans les magasins du monde entiers. Le succès mainstream du hip-hop est lié à l’histoire d’un conflit célèbre : celui entre le hip-hop de la côte Est et celui de la côte Ouest des États-Unis. Nous vous proposons de suivre les étapes et les courants d’une décennie fondamentale pour la musique hip-hop.

Les origines du Hip-Hops

Tout d’abord, un peu de clarté : le hip-hop est un mouvement artistique et culturel qui a vu le jour dans les années 1970 aux États-Unis. Le terme ne se réfère pas seulement au rap et au DJing, mais englobe également le graffiti et le breakdance.

Les influences et les événements qui ont conduit à l’émergence du hip-hop sont multiples et difficiles à saisir. C’est pourquoi une date symbolique a été choisie pour les débuts du genre : le 11 août 1973, date à laquelle le DJ Kool Herc, originaire de Jamaïque, a organisé le premier évènement hip-hop de l’histoire.

Le lieu exact où le style est né est cependant facile à situer : Le hip-hop est né dans le Bronx, un quartier pauvre de New York, principalement habité par des Afro-Américains et des Latinos. Le hip-hop est ainsi né comme réponse artistique des jeunes faisant face à la misère et à la discrimination au quotidien.

Aux débuts du phénomène hip-hop, seuls les disques vinyles font l’objet d’expérimentations. Outre Kool Herc, d’autres légendes comme Grandmaster Flesh contribuent à trouver de nouvelles façons de jouer plusieurs disques sans interruption (par exemple en inventant le scratching), permettant ainsi aux gens de danser toute la nuit.

Les DJ qui expérimentent avec les disques vinyles sont ensuite rejoints par les MC, c’est-à-dire les Masters of Ceremonies, qui accompagnent la musique de mots. À partir de simples mots évocateurs, les MCs commencent à parler au rythme de la musique, à utiliser des rimes et à chercher un « flow ». Ils inventent ainsi ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de rap.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

Le funk devient hip-hop : « King Tim III (Personality Jock) » (1979) du Fatback Band est considéré comme le premier single hip-hop de l’histoire.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

Toujours en 1979 : avec « Rapper’s Delight », le Sugarhill Gang rend le style hip-hop célèbre pour la première fois.

Hip-Hop des années 1990 : de la rue au succès mondial

Il ne faut pas longtemps pour que l’innovation hip-hop quitte les fêtes de quartier du Bronx et touche un public plus large. Mais bien que le hip-hop se soit déjà établi culturellement et commercialement dans les années 1980, c’est la décennie suivante qui marque un tournant : Désormais, les rappeurs deviennent de véritables superstars.

L’évolution stylistique du hip-hop des années 90 est impressionnante, mais son histoire n’est pas seulement celle de la conquête des hit-parades ou de l’innovation. C’est aussi la décennie de la violence la plus agressive entre les différents crews – violence qui conduit à l’assassinat de deux légendes du hip-hop : 2Pac et The Notorious B.I.G. Comprendre ce conflit est essentiel pour retracer l’histoire du hip-hop des années 90.

Hip-Hop West Coast : Gangsta Rap et G-Funk

Commençons par la West Coast, où la grande vague hip-hop a commencé peu après la sortie de l’album de N.W.A Straight Outta Compton en 1988. Compton est l’un des quartiers les plus pauvres et les plus malfamés de Los Angeles. Sur l’album, le collectif de rappeurs décrit sa réalité quotidienne sans censure et parle avec colère d’injustice, de violence policière et de criminalité.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

« You are now about to witness the strength of street knowledge » : N.W.A fondent le gangsta rap de la côte ouest américaine.

Ainsi naît le gangsta rap, un sous-genre du hip-hop qui aura une influence incroyable sur le genre musical, influence qui se fait encore sentir aujourd’hui. L’injonction moraliste du G-Rap est « keep it real » : dans leurs textes, leurs performances et leur vie, les rappeurs doivent rester fidèles à la rue. Les représentants célèbres du genre sont Eazy-E, Ice-T et Ice Cube.

L’histoire de la vie de gangster dans la rue électrise des millions d’adolescents aux États-Unis, et le deuxième album de N.W.A, Efil4zaggin, devient le premier album de hip-hop à se classer en tête du Billboard. Il n’en va pas de même pour les stations de radio qui boycottent le hip-hop à cause de son langage grossier.

C’est Dr. Dre, l’un des membres des N.W.A, aujourd’hui dissous, qui donne au hip-hop de la côte ouest une dimension plus accessible. En 1992, il fonde le label Death Row Records, avec lequel il produit un nouveau sous-genre de hip-hop : G-Funk.

Avec la G-Funk, les grooves funk des groupes P-Funk Parliament et Funkadelic sont samplés et des rythmes détendus sont créés. Les textes font toujours référence à la sphère des gangsters, mais tournent davantage autour des fêtes, du sexe et de la drogue que des armes et du crime, ce qui rend le genre un peu plus accessible aux stations de radio.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

« Ain’t nothin’ but a G thang » : Dr. Dre et Snoop Dogg aident le G-funk à percer.

Death Row Records a donné naissance à de nombreux rappeurs remarquables, dont Snoop Dogg, Outlawz, MC Hammer et l’une des stars incontestées du hip-hop de la côte ouest : Tupac Shakur. 2Pac est une figure unique dans le milieu. Il réussit à combiner le style de vie du gangster (ou thug) avec un idéal politique révolutionnaire de justice sociale et des textes également poétiques et exigeants. Lorsque son album culte Me Against the World sort en 1995, 2Pac est en prison. L’album atteint le sommet du classement Billboard et contient des succès mondiaux comme Dear Mama.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

« You are appreciated » : Dans cet hommage à sa mère, 2Pac traite des expériences de son enfance.

L’histoire artistique de 2Pac est étroitement liée au conflit entre bandes rivales qui a enflammé la East Coast et la West Coast des États-Unis dans les années 1990. Sa chanson « Hit ‘Em Up » de 1996, dans laquelle il vilipende des figures de la East Coast, est exemplaire de cette rivalité. La fusillade qui tue 2Pac la même année n’est pas la première dans laquelle il est impliqué, mais elle met fin à la vie du jeune homme de 25 ans et marque l’un des moments les plus tragiques du hip-hop des années 1990.

Hip-Hop East Coast : Rap hardcore et Hip-Hop alternatif

De l’autre côté des États-Unis, le hip-hop prend une tournure légèrement différente. À New York, où le genre a pris naissance deux décennies plus tôt, diverses expériences sont menées grâce à des logiciels de montage audio. Des artistes comme A Tribe Called Quest et De La Soul insèrent des samples de jazz et de R&B dans leurs morceaux, créant ainsi ce qui sera connu plus tard sous le nom de jazz-rap.

Leurs textes parlent moins de la vie de la rue que de thèmes politiques comme l’injustice sociale et le racisme. Des rappeurs comme Mos Def, Talib Kweli et Common deviennent les représentants du « conscious hip-hop » et chantent les problèmes sociaux des jeunes afro-américains. Les Fugees, dont le deuxième album The Score (1996) s’est vendu à plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde entier, sont devenus le groupe de hip-hop de la côte Est ayant connu le plus grand succès commercial.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

« Refugees taking over » : le hip-hop conscient des Fugees conquiert le courant dominant.

Mais le sous-genre de hip-hop le plus connu qui émerge sur la côte Est est certainement le rap hardcore. Marqué par des textes agressifs et des beats durs, il n’est au départ qu’un synonyme de gangsta rap. Mais avec Enter the Wu-Tang (36 Chambers), le premier album du Wu-Tang Clan sorti en 1993, il devient un style à part entière, caractérisé par des rythmes minimalistes et des samples de cordes et de piano.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

« Cash rules everything around me » : Le Wu-Tang Clan définit le rap hardcore de la côte Est.

Illmatic, l’album de 1994 de Nas, avec lequel il s’établit comme un rappeur poétique et talentueux, appartient également à ce genre. Autre figure de proue à rattacher au rap hardcore : The Notorious B.I.G. (« Biggie »), dont le talent, le succès et le destin tragique sont une sorte de miroir de ce que 2Pac représente pour la West Coast.

Le premier album de Biggie, Ready To Die, sort également en 1994 et contient des titres immortels comme Big Poppa et Juicy. L’album se vend à plus de 4 millions d’exemplaires et fait de Biggie une superstar. Lorsque son deuxième album sort en 1997, Biggie est déjà mort, abattu lui aussi dans la rue, à tout juste 24 ans. Life After Death, qui sort 16 jours après sa mort, est l’un des albums de hip-hop les plus vendus de l’histoire.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

« You never thought that Hip-Hop would take it this far » : Christopher Wallace alias The Notorious B.I.G. se rend immortel.

La deuxième moitier des années 1990 : moins de violence, plus de succès

Il faudra attendre la mort de Biggie pour que la scène hip-hop des années 1990 soit définitivement bouleversée : le conflit entre le hip-hop de la Ouest Coast et celui de la East Coast a fait trop de victimes. Puff Daddy, qui dédie des chansons de charité à son ami Biggie après sa mort, est la première star du hip-hop à connaître le succès en dehors de la violence de la rue. Sur la East Coast, Jay-Z, l’ancien protégé de Biggie, laisse également la violence de ses débuts derrière lui pour connaître un succès mainstream avec Hard Knock Life (1998).

Sur la côte opposée, Dr Dre quitte Death Row Records et fonde le label Aftermath Entertainment, avec lequel il publie pour la première fois en 1999 un rappeur inconnu de Détroit : Eminem. Dans les années qui suivent, Eminem obtient d’énormes succès mainstream et devient finalement l’artiste qui vend le plus de disques dans l’histoire de la musique.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

« This opportunity comes once in a lifetime » : dans les années 2000, Eminem devient le rappeur le plus populaire de tous les temps.

C’est avec ce nouvel esprit que le hip-hop entre dans le nouveau millénaire, laissant derrière lui la violence de la rue et savourant les fruits de son succès sans précédent. Il est certain que le conflit qui a coûté la vie à deux grands artistes hip-hop est aussi la dénonciation d’un malaise social. C’est à travers les conflits, les rencontres et les mouvements de cette décennie que le hip-hop a atteint le statut artistique et commercial que nous lui connaissons aujourd’hui.

Ghettoblaster optimisé : un son riche en basses Teufel

Portez vos basses dans le monde : le BOOMSTER est la version hifi du ghettoblasters Teufel

▶ BOOMSTER XL : Pensez en grand avec la radio nomade Bluetooth XL Teufel ! Le châssis contient un système à 3 voies et aux basses down-firing. Ainsi, vous libérez le son du ghettoblaster au format hi-fi.

▶ Découvrez de nombreuses autres enceintes Bluetooth dans la boutique en ligne Teufel !

▶ Vous aimez jouer au ou à la DJ ? Chez Teufel, vous trouverez aussi du matériel DJ Pioneer, comme des tables de mixage, des contrôleurs ou des platines. Pour passer au niveau supérieur.

L‘amour du vinyle : platine chez Teufel

DUAL DT 500 USB

Découvrir

Pioneer DJ PLX-500

Découvrir

Et aujourd’hui ? Le hip-hop fait partie de la popculture

Depuis les années 1990 jusqu’à aujourd’hui, le hip-hop ou le rap n’a cessé de se mélanger à d’autres styles musicaux, que ce soit la pop, le rock, le métal, le jazz ou même la musique classique. De nombreux nouveaux sous-genres ont ainsi vu le jour, et on a l’impression que tout a déjà été fait. La scène hip-hop allemande a elle aussi donné naissance à de nombreux styles, scandales et superstars. Et c’est ainsi qu’aujourd’hui encore, de jeunes rappeurs allemands comme Kelvyn Colt ou Apache 207 connaissent un grand succès. Le hip-hop fait depuis longtemps partie intégrante de la culture pop.

Ghettoblaster JVC RC 838

Titelbild: Photo by Erin Song on Unsplash

Articles connexes

Information : La fonction de commentaire est disponible tous les jours de 8h à 21h.