Travailler sur une plage de rêve : interview avec le surfeur professionnel Finn Springborn

Finn Springborn est considéré comme l’un des nouveaux venus les plus talentueux d’Allemagne dans le monde du surf. Le surfeur professionnel de Flensburg s’est déjà fait un nom dans plusieurs compétitions. Son terrain de jeu favori est la mer du Nord, sur la côte ouest du Danemark. On le rencontre aussi régulièrement en Algarve, au Portugal, mais Finn se sent chez lui partout où il y a de bons spots. Le jeune homme de 25 ans ne peut se permettre de pratiquer ce sport professionnel coûteux que grâce à des sponsors – nous le soutenons également chez Teufel. Dans notre blog, nous échangeons avec Finn sur le surf, les plages de rêve, son excursion à Berlin, sur sa bande-son de “Re/discover” et sur son film de surf Coldwater. Amusez-vous bien !

Les meilleures vagues d’Europe sont en hiver

Finn aime également le son de qualité

Blog Teufel : Salut Finn, merci d’avoir pris le temps de nous accorder une interview. Commençons tout de suite. Tu as commencé à surfer à l’âge de 10 ans au Danemark et tu surfes surtout dans des eaux assez froides. Comment cela se fait-il, pourquoi es-tu moins attiré par l’Afrique, l’Amérique ou l’Australie ? 

Finn : Sur mes “home spots”, il fait très froid la majeure partie de l’année, c’est pourquoi je me suis habitué à l’eau froide dès mon plus jeune âge. En plus, les meilleures vagues d’Europe sont en hiver. Surfer dans l’eau froide donne aussi une impression différente, il y a une ambiance très particulière et en plus, les plages sont nettement plus vides pendant la saison froide.

Coup d’œil sur les vagues

Bien sûr, il y a des jours où il est difficile de se motiver à enfiler une combinaison de surf froide et mouillée lorsque les températures avoisinent le zéro. Mais la sensation que l’on a après une session d’hiver est tout simplement indescriptible. Malgré tout, j’apprécie aussi de voyager dans des endroits plus chauds et j’ai déjà surfé dans les endroits les plus divers sur tous les continents. Après un long hiver ou simplement pour faire le plein de chaleur, je fais parfois un voyage sous les tropiques et j’ai déjà vécu longtemps dans des régions chaudes comme l’Australie.

Contraste : Berlin

Blog Teufel : Berlin n’a certes pas d’océan à ses frontières, mais quelques lacs vraiment sympas et beaucoup de points forts urbains. Quels sont les endroits que tu aimes particulièrement à Berlin ?

Finn en visite à Berlin

Finn : Ce qui me fascine le plus à Berlin, c’est à quel point la ville est vivante. Cela vient probablement du fait que je vis sur la côte ouest du Danemark, qui est très endormie, et que c’est pour moi un contraste total. Lorsque je me trouve dans une grande ville comme Berlin, je profite surtout de la diversité des restaurants et des bars. Et si je devais passer plus de temps à Berlin, j’irais certainement faire un tour au Wellenwerk pour surfer.

Blog Teufel : Le vent et l’eau créent une ambiance sonore très particulière. Est-ce que tu écoutes de la musique en surfant ou est-ce que tu écoutes la nature ?

Finn dans son élément

Finn : Le surf se pratique souvent dans une nature incroyablement belle et des décors uniques, et même si je me concentre souvent sur l’entraînement, c’est aussi pour moi un moyen de m’évader du rythme effréné de la vie quotidienne pendant quelques heures. Ici, je peux me déconnecter complètement et me concentrer uniquement sur le moment présent. En outre, lorsque je surfe, je dois pouvoir me fier entièrement à mon ouïe et à mon équilibre, c’est pourquoi je n’écoute jamais de musique dans l’eau. En revanche, avant d’aller surfer, j’aime écouter de la musique à fond. Cela me motive totalement et me met dans le bon état d’esprit. Lors des compétitions, je mets mon Supreme On‘s avant chaque heat [ndlr : compétition de surf] et je mets la musique à fond pendant que je m’échauffe. Cela me permet de faire abstraction de tout ce qui se passe autour de moi, et surtout de mon compétiteur.

Les sons faits pour le surf

Quelles sont les chansons qui te font le plus rêver en matière de surf ? 

Finn : Il s’agit principalement de morceaux utilisés dans les meilleurs films de surf, qui me font directement penser au surf. Parmi les classiques et les incontournables, on trouve ‘Wolf like Me – TV on the Radio’ & ‘Fast and Loose – Motörhead’. Mais en ce moment, j’écoute en boucle ‘Queen Phersephone – Dirty Art Club’. C’est un artiste canadien encore assez petit, mais ses chansons sont tout simplement faites pour les films de surf, c’est pourquoi nous avons décidé de travailler avec lui sur notre dernier projet aux Açores [ndlr : film de surf “Re/discover”].

Pour Finn, idéal pour les films de surf et partie intégrante de la bande-son de Re/discover : Dirty Art Club

Les chansons qui me transportent le plus sont celles qui ont un son complexe et bien travaillé. C’est ce qui sonne le mieux à mes oreilles. Nous y avons accordé beaucoup d’importance pour notre film, car cela permet de bien restituer les émotions que nous avons ressenties pendant le tournage. Un bon son, c’est la moitié de l’image. *sourire*

Le business du surf est un travail dur et à temps plein

Blog Teufel : Pour beaucoup, le surf est un hobby, mais toi, tu y consacres ta vie. Quels obstacles as-tu dû surmonter pour atteindre ce degré de liberté ?

Finn : Beaucoup de gens pensent qu’un surfeur professionnel est en vacances permanentes. Mais la réalité est un peu différente. Le surf est un métier difficile, à plein temps, que l’on ne peut pas faire éternellement. Ce n’est pas vraiment à un moment donné que j’ai décidé de prendre cette voie. C’était plutôt une évolution naturelle après mon baccalauréat et je suis super reconnaissant pour tout ce que cela m’a permis de faire.
Cela m’a permis de voir beaucoup de choses dans le monde et de rencontrer des gens formidables, et personne ne peut m’enlever ça. Bien sûr, on aimerait parfois passer plus de temps avec sa famille ou autre chose, mais j’apprécie d’autant plus le peu de temps que j’ai ensuite à la maison et, heureusement, j’ai des amis dans de nombreux endroits du monde qui me donnent un ‘home away from home’ pendant mes voyages et me traitent comme de la famille.

Il suit dans l’effort : le deuter X Teufel UP BERLIN Daypack

Blog Teufel : Que se passe-t-il à l’intérieur lorsque tu te jettes à la mer et que tu chevauches les vagues. La tête s’éteint-elle ? 

Finn : Le surf provoque en moi des sentiments très différents. D’une part, il m’aide énormément à oublier le quotidien et à me déconnecter, mais il me donne aussi beaucoup d’énergie. Rien n’est plus relaxant que de terminer une longue journée par une session de surf décontractée. En même temps, commencer la journée par une session de surf me donne une super énergie. Je pense qu’il n’y a pas beaucoup de gens qui se lèvent à 4 ou 5 heures du matin pour leur sport et qui se promènent ensuite toute la journée avec un sourire sur le visage. Nous, les surfeurs, sommes un peu particuliers à ce sujet. Bien sûr, il y a parfois des sessions après lesquelles on quitte l’eau un peu frustré, par exemple parce qu’il y avait trop de monde, parce que les vagues n’étaient pas aussi bonnes que prévu ou parce qu’on n’était pas satisfait de sa performance, mais au fond, chaque jour où on se met à l’eau est c’un bon jour.

Inoubliable : des vagues parfaites à Reykjavik

Prêt à décoller avec le SUPREME ON

Blog Teufel : Quelle a été ton expérience de surf la plus marquante jusqu’à présent, aimerais-tu la partager avec nous et nos fans ?

Finn : Mon expérience de surf la plus marquante a été un voyage en Islande en novembre 2017. Nous avons suivi un swell [ndlr : une houle] dans l’Atlantique Nord et avons ensuite réservé des billets de dernière minute pour Reykjavik. De là, nous avons roulé pendant sept heures à une vitesse d’escargot sur des routes verglacées en direction du nord. Après une courte nuit, nous nous sommes réveillés et n’en avons pas cru nos yeux. Des vagues parfaites le long du spot et il n’y avait pas âme qui vive. J’ai surfé pendant cinq heures, du lever au coucher du soleil, dans l’un des paysages les plus époustouflants que j’aie jamais vus. Se réchauffer ensuite dans une source chaude naturelle était tout simplement incroyable. C’était en tout cas un voyage que je n’oublierai jamais et que j’espère pouvoir refaire dès que possible.

„Re/discover“ sur la route en Allemagne

Finn a produit un film de surf en coldwater avec son ami de longue date Philipp Sigmund. Le projet s’intitule “Re/discover” et a été réalisé à l’automne 2019. Le tournage a eu lieu entre autres en Norvège, au Danemark et en Écosse. Le film a été achevé pendant le lockdown et doit maintenant être présenté lors d’une petite tournée en Allemagne.

Articles connexes

Information : La fonction de commentaire est disponible tous les jours de 8h à 21h.